La Médecine Intégrative

La médecine intégrative (ou intégrée) combine la médecine conventionnelle et les médecines traditionnelle et complémentaire.
Ce sont les médecins américains David Eisenberg et Andrew Weil, véritables pionnier en ce domaine, qui développent ce concept aux Etats-Unis depuis une trentaine d’années.
Ils ont créé notamment en 1994 le premier programme de Médecine Intégrée à l’Université de l’Arizona.
Depuis, de nombreux travaux se sont mis en place à travers le Monde afin d’apporter preuves scientifiques et légitimité à une médecine plus holistique.

« L’un des principes de base de la médecine intégrative est de tirer profit des meilleurs soins offerts selon les approches conventionnelles et les approches complémentaires dans le but de parvenir le plus rapidement possible à la guérison du patient.
La fédération des médecins-omnipraticiens du Québec l’a d’ailleurs défini ainsi : « Lorsque l’on parle de médecine intégrative, on parle entre autres de combiner les meilleurs soins de la médecine scientifique occidentale à ceux des approches complémentaires dans le but de maintenir la santé et d’améliorer le bien-être. […]
Ainsi, l’approche médicale intégrative permet d’unir différentes formes de thérapies issues autant de la médecine conventionnelle qu’alternative afin de prodiguer les meilleurs soins au patient.
Bien que la médecine intégrative inclue les principes de la médecine non conventionnelle, elle n’a recours qu’aux approches dont les effets ont été scientifiquement vérifiés.
Le National Center for Complementary and Alternative Medicine (NCCAM) indique que la médecine intégrative est une combinaison entre les thérapies issues de la médecine conventionnelle et celles issues de la médecine alternative et complémentaire, pour lesquelles il existe des données scientifiques de haute qualité quant à la sécurité et à l’efficacité des traitements. […]
La médecine intégrative est une approche personnalisée. Chacun des patients souffrant d’un même problème sera soigné d’une manière différente selon les traitements qui lui conviennent le mieux. Un travail de collaboration médicale est fortement prôné dans une démarche intégrative de la médecine. Une équipe interdisciplinaire pourra être mise en place autour du patient afin de lui apporter tous les soins nécessaires, qu’ils soient issus de la médecine occidentale ou complémentaire ».

Extrait de l’article « Médecine intégrative, une médecine globale de l’humain »


Le terme de Médecine intégrative est également aujourd’hui repris par l’OMS qui soutient la Médecine Traditionnelle (MT) et les Médecines Complémentaires (MC) :

« L’OMS a pour mission d’aider à sauver des vies et à améliorer la santé.
En ce qui concerne la MT/MC, l’OMS s’acquitte de ces fonctions en :
– facilitant l’intégration de la MT/MC aux systèmes nationaux de santé, en aidant les États Membres à développer leurs propres politiques nationales dans ce secteur ;
– publiant des directives pour la MT/MC, en développant et mettant à disposition des normes internationales, directives techniques et méthodologies pour la recherche sur les produits, les pratiques et les praticiens ;
– encourageant la recherche stratégique dans le domaine de la MT/MC par l’appui à des projets de recherche clinique sur sa sécurité et son efficacité ;
– préconisant l’usage rationnel de la MT/MC via la promotion d’un usage fondé sur des preuves ;
– diffusant l’information sur la MT/MC en faisant office de centre d’échange d’informations ».

Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2014-2023, p16, publication disponible sur le site Web de l’OMS (www.who.int)

De nombreuses études ont été aujourd’hui réalisées de façon internationale afin de légitimer la complémentarité des Médecines Traditionnelles au sein de la Médecine conventionnelle.
En France, différents travaux ont été également mis en place et notamment sur l’utilisation de la Médecine Traditionnelle Chinoise dans les prises en charges de pathologies diverses. Des services hospitaliers ont mis en place ces nouvelles approches dans de nombreux secteurs, pilotés notamment par le Comité Intégré de Médecine Chinoise, situé à l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris (AP-HP).
Ils sont en lien avec plusieurs hôpitaux de Chine afin d’échanger sur les différentes techniques de Soins conventionnels et traditionnels, afin de compléter les prises en charge des patients et les rendre plus globales.
Et ce depuis 2007 lors de la signature du « Protocole de coopération en matière de médecine traditionnelle chinoise entre le gouvernement de la République Française et le gouvernement de la République populaire de Chine » et création d’un comité de pilotage.

Plus d’info sur le travail du Comité Intégré de MTC : http://www.medecinechinoise.aphp.fr/centre-integre-de-medecine-chinoise/